Education bienveillante et nous

Dernièrement j’ai beaucoup entendu parler de la parentalité positive, de l‘éducation bienveillante. A vrai dire, je n’aime pas ces termes, ce n’est pas très parlant. J’ai donc creusé le sujet.

Depuis le début de l’année, entre la fatigue, le stress du boulot, du déménagement, le fait de réussir à retrouver des repères dans une nouvelle maison…on est tous à cran. En début d’année, les soirées, les repas ne se passaient pas au mieux et j’en ai eu marre d’être toujours à cran, de crier, de punir…ce n’est agréable pour personne et au final cela n’arrangeait rien. Crier n’est pas dans ma nature, je suis plutôt quelqu’un de zen et de calme mais parfois la fatigue prend le dessus. Donc j’ai voulu changer notre fonctionnement qui ne convenait à personne, sur les conseils de copines, j’ai acheté les deux livres d’Isabelle Filiozat, la spécialiste en la matière. Puis d’autres bouquins pour approfondir tout ça.

Les livres

PhotoGrid_1472828792243

J’ai bien aimé ces livres d’Isabelle Filiozat et j’ai beaucoup appris et pris conscience de certaines choses. Franchement j’ai vraiment regretté de pas les avoir lu plus tôt. Parfois un enfant a des réactions que l’on ne comprend pas, que l’on trouve démesurées par rapport à la situation et j’ai pris conscience que ces réactions ont souvent une cause bien plus profonde que ce que l’on croit. On comprend pourquoi mettre au coin, crier…ne sert à rien.

PhotoGrid_1472828594851_1472828737309

Dans tous les livres que j’ai pu lire, ce qui ressort c’est le faire de lâcher prise, d’accepter que notre enfant a le droit d’être en colère ou fatigué et qu’il faut l’aider à gérer ses émotions. Il faut être zen et prendre du recul.

PhotoGrid_1472828620609_1472828737099PhotoGrid_1472828641243_1472828736819

Mais ce qui m’a manqué dans ces livres ce sont des bonnes pratiques, des solutions pour des crises classiques, des recettes miracles quoi ! Dans ces livres, on comprend vraiment pourquoi ou en quoi ce que l’on fait peut être destructeur pour l’enfant mais il manque vraiment des éléments pour arriver à changer notre comportement. Évidement c’est difficile de trouver une solution applicable à chaque situation mais le livre reste quand même trop généraliste pour moi. En gros, on sait ce qu’il ne faut pas faire mais c’est difficile de changer, de modifier ses habitudes du jour au lendemain surtout quand l’enfant n’est plus un bébé.

PhotoGrid_1472828691407_1472828736347

Des fiches pratiques

J’ai eu besoin d’approfondir, j’ai donc été sur le site des supers parents, on y trouve des fiches, des vidéos, des conseils… Ce site m’a vraiment aidé à changer notre mode de fonctionnement. Je ne punis plus, j’essaie d’être plus attentive à ses sentiments, de trouver les causes de ses réactions. On a essayé le truc des petites routines pour le matin et le soir, ça n’a pas vraiment marché. Au final j’ai bien vu, elle sait ce qu’elle a à faire. Cela nous a vraiment permis de lui dire qu’il y a un temps pour tout : pour jouer, pour manger… On parle beaucoup…C’est vraiment pas évident mais je pense que sur le long terme ça sera bénéfique pour nous tous.

Exprimer ses émotions

La clé pour moi, c’est vraiment les émotions. Quand il y a une émotion négative comme la colère ou la tristesse, cela est dû à un autre événement et il faut pousser les enfants à mieux exprimer leurs émotions pour pouvoir les aider. Et de notre côté c’est la même chose, quand quelque chose nous énerve, nous fatigue, il faut le dire clairement, tout le monde comprend mieux.

PhotoGrid_1472828661853_1472828736577

Quand je récupère ma fille le soir, je vois de suite s’il y a un truc que ne va pas, souvent elle pleure ou se met en colère pour des raisons qui ne le méritent pas. Maintenant au lieu de m’énerver, j’essaie de lui poser des questions, sur sa journée pour comprendre ce qui ne va pas. Et parfois c’est moi qui ai passé une journée de merde et qui ne suis pas disponible, alors je le dis, je dis que j’ai passé une mauvaise journée, que je suis fatiguée et que je n’ai pas envie de m’énerver avec elle. La communication, dire ce que l’on ressent c’est vraiment le plus important.

Je n’ai pas dit que c’était facile, parfois la fatigue prend le dessus et fait ressortir la colère chez nous comme chez les enfants. Il faut aussi dans ces moments là réussir à s’excuser. L’éducation bienveillante, cela se fait petit à petit et il ne faut pas se décourager.

PhotoGrid_1472828710426_1472828735932

Dans tous les livres, les sites que l’on peut lire sur l’éducation bienveillante ou positive, il est difficile de trouver ce qui nous convient. Il ne faut surtout pas culpabiliser, on fait comme on peut. Au final il faut en prendre et en laisser, adapter ces principes, à nous, à notre famille et être très patients ! Ça vient petit à petit. Il est aussi important que les deux parents soient d’accord. Parfois mon homme a un peu plus de mal, il n’a pas voulu lire les livres alors que j’aimerais qu’il le fasse.

Je m’aide aussi pas mal de supports, de jeux faits pour les enfants, je vous en parlerai prochainement.

Et chez vous, ça se passe comment ?

 

2 commentaires sur “Education bienveillante et nous

  1. J’ai lu quelques livres sur le sujet et, sincèrement, ils m’ont fait beaucoup de bien et m’ont apporté beaucoup, notamment concernant mon attitude et ma relation avec les enfants. Je lis un livre de ce genre de temps en temps, régulièrement, pour continuer à m’améliorer.

  2. J’adore ces livres aussi! Là je viens de lire “il me cherche ” et il est très bien aussi! Après c’est vrai qu’avec le stress et la fatigue,ce n’est pas toujours facile à appliquer mais ça m’a beaucoup aider dans la prise de conscience. Merci pour ce super article en tout cas! On va y arriver !! 😁 bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *